Esta pagina em Português

#################################################

Les étapes
de la réhabilitation

################################################


Mais il fallut attendre 1961 pour que la presse commence à s'intéresser aux événements de 1940 et que les associations juives commencent à prendre conscience....20 arbres seront plantés sur le terrain attenant au Musée Yad Vashem, sur initiative du 1er Ministre d'Israel.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

ISRAEL DÉCERNE UNE RÉCOMPENSE POSTHUME A UN DIPLOMATE
PORTUGAIS POUR SON EFFORT EN FAVEUR DU SALUT DES JUIFS PENDANT LA
SECONDE GUERRE MONDIALE

La gratitude d’Israël envers un diplomate portugais décédé, Aristide de Sousa Mendes, qui a mis en danger son propre bien-être dans ses efforts pour sauver des vies juives pendant l’occupation nazie de la France, sera formellement exprimée en présence de sa fille, au cours d’une cérémonie au Consulat Général d’Israël à New York, le 9 octobre 1967.
Miss Mendes, qui réside à New York, recevra un médaillon commémoratif spécial des mains du Consul général, M. Michael Arnon, au nom de Yad Vashem, l’Agence du Souvenir des Martyrs et des Héros. Une citation attestant le courage et le sacrifice de soi de son défunt père lui sera également remise.
Aristide de Sousa Mendes, qui servit comme ambassadeur du Portugal en France pendant la seconde guerre mondiale, réussit à sauver des milliers de Juifs d’une mort presque certaine en leur fournissant des visas d’entrée au Portugal, sous sa propre responsabilité. Par la nature même de ses actes et en considération des circonstances dans lesquelles ils ont été accomplis, ce diplomate a sérieusement risqué sa carrière, le bien-être de sa famille, et sa santé.
Sur le médaillon qui sera remis à titre posthume à M. Mendes, sera gravé le dicton talmudique: “Celui qui sauve une vie, c’est comme s’il sauvait le monde entier”. Il a été spécialement frappé par Yad Vashem pour être emisencérémonie à des non-juifs3 qui ont activement aidé au salut des Juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre Mondiale.
IL A SAUVE 10.000 JUIFS!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Sur les instances de plusieurs juifs américains sauvés par A. Sousa Mendes, et regroupés dans le HIAS, Yad Vashem fit sa propre enquête et décida de lui attribuer une médaille d'or, la plus haute distinction de l'Etat d'Israel : "A Aristides de Sousa Mendes le Peuple Juif reconnaissant." La médaille fait référence à une citation du Talmud: "Qui sauve une vie sauve tout l'Univers" .

Ils sont là rassemblés, le15 Octobre 1967, au consulat d'Israêl de New York, le
Consul vient de remettre à ses enfants la médaille d'or des "Justes des Nations".
On reconnaît, de gauche à droite: Sébastien, Mme et Mr Erzatty, César Mendes,
Marguerite Rollin, Moïse Elias, M. le Consul, Joana Mendes, Jean Paul, Luis Felipe.

Pendant que M. le Consul d'Israel lit le texte de Yad Vashem, la famille et les amis
sont rassemblés autour de lui. On voit ici, sur la droite : John Paulo, César Mendes,
Joana Mendes, Aristides, Geralyn, Carolyn, Teresinha et Luis Felipe.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ce même 15 Octobre 1967, une photo différente nous montre le Rabbin Kruger
entre César Mendes et le Consul Général d'Israêl, on reconnait aussi, à droite
João Paulo et à gauche : Sébastien, Luis Felipe, Harry Ezratti, Moîse Elias.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mais le Portugal continuait de vouloir oublier ce héros.
"Réhabiliter ce serait revenir sur le passé..."

Le 25 Avril était loin d'avoir convaincu tous les portugais !.. Fallait-il indisposer un électorat dont le Centre droit avait besoin ? Cependant la famille réussit à faire publier par le Diario Popular et le Capital du 17 Mars 1986, deux articles soulignant que la presse américaine rendait hommage au Consul portugais de Bordeaux, il concluait disant: Il n'y a donc personne au Portugal pour assumer la responsabilité de réintégrer, à titre posthume,cet homme qui fut l'honneur du Portugal ?

L'article fut envoyé à John Paul. Celui-ci décida de relever le défi et il publia dans le "Oakland Tribune" un article sous forme d'une pétition destinée à être envoyée au Gouvernement portugais. L'un de ses lecteurs, Robert Jacobvitz fut surpris et aida John Paul à organiser un Comité International. Il eut l'idée d'intéresser les groupes juifs et portugais des différentes régions d'Amérique et les américains d'ascendance portugaise qui avaient des responsabilités importantes aux USA.

C'est ainsi que le Comité trouva dans le démocrate Tony Coelho et le démocrate Henry Waxman, de précieux appuis. Le New York Times du 4 Mai 1986 publia un article qui fit sensation, si bien qu'un peu partout s'organisèrent des manifestations d'hommage en l'honneur de Aristides de Sousa Mendes, et cela sous l'impulsion des communautés juives et portugaises. Un certain nombre de Conseils municipaux de Californie, de synagogues et d'organismes juifs firent de même. Le gouvernement portugais de Cavaco Silva continuait à vouloir ignorer de telles manifestations.

En Juin 1986 Tony Coelho avait soutenu et obtenu le soutien d'une résolution par la Chambre des Représentants américains en l'honneur de Sousa Mendes.

Il avait tenu à rencontrer la famille avant le voyage à Lisbonne.

Pour être sur qu'elle serait remise au Gouvernement portugais, elle fut signée par 69 représentants et s'adressait directement à Mario Soares. Cette pression dépassait celle que le Premier Ministre pouvait supporter. Dans une rencontre privée avec Coelho en septembre 1986, le Premier Ministre Cavaco Silva promit une décoration posthume pour Sousa Mendes... la distinction choisie fut l'Ordre de la Liberté. Et c'est en Mai 1987, à l’Ambassade du Portugal à Washington, que Mario Soares, Président de la République du Portugal, remit à la famille d’A.S.M. la Médaille de l’Ordre de la Liberté..

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La Communauté Luso-Américaine et l’État de New Jersey lui rendent Hommage, le 23 Juin ce fut le tour de la Municipalité de Jérusalem, les médias diffusent l’information.....

En juin 1987 , à Bordeaux “La Clé des Ondes”, la reçoit et la diffuse à son tour, c’est la surprise.! Le Musée Jean Moulin ne sait rien. La Secrétaire d’Etat venue à Bordeaux inaugurer une “Maison du Portugal”, n’en dit mot. Le sujet est encore tabou; pourtant il est d’actualité! En effet le procès Barbie vient de s’achever !, le Consul de l’époque interrogé ne veut rien en dire “Interaction Aquitaine Portugal ” de Septembre 1987 publie les quelques informations déjà recueillies. Marie Rose la plus jeune fille qui habite Pau, découvre par ce Journal l’histoire de son père, elle avait 13 ans lors de sa mort...

1988 Sur intervention du Sénat américain, en particulier de Tony Coelho, l'Assemblée de la République approuve le projet de Loi réintégrant Aristides de Sousa Mendes dans la carrière diplomatique, avec le titre d'Ambassadeur.


Diario de noticias du 19/03/1988, on aperçoit la famille à la tribune.>

Le "Diario da Republica"publie un article dont "Interaction Aquitaine Portugal" s'empresse de publier la traduction. Le Comité National Français d'Hommage à Aristides de Sousa Mendes est créé à Bordeaux. Il prend une série d'initiatives qui aboutiront aux journées des 27 / 29 Juin 1994.

1990 Le Comité International A.Sousa Mendes vient à Bordeaux célébrer le 50 me anniversaire de Juin 1940. Il est composé du plus jeune fils du Consul: John Paulo Abranches et du Dr.Jacobvitz, Directeur des relations communautaires de la fédération Juive de la Greater Est Bay, venus de Californie, de Marie Rose résidant à Pau, heureuse de rencontrer son frère pour la première fois et de Alvaro un petit neveu qui vit au Portugal.


Sud-Ouest 20/06/1990

Les représentants des deux Comités sont reçus à la Mairie de Bordeaux, le lendemain une conférence de presse aura lieu au Musée Jean Moulin. C'était d'ailleurs par l'intermédiaire de ce Comité International que notre Comité de Bordeaux avait reçu les premiers documents, ceux qui nous avaient permis de les publier dans notre journal en Mai 1988 et qui nous avaient provoqué à créer à Bordeaux, le Comité National d'Hommage à Aristides de Sousa Mendes


Henry Svi Deutcth montre son passeport

En Juin 1992 , Diana Andringa vient à Bordeaux pour réaliser un documentaire: “O Consul Injustiçado” elle y invite quelques uns de ceux qui ont été sauvés par Aristides Sousa Mendes.

Participent alors à ce tournage un certain nombre de personnes sauvées par A. Sousa Mendes, dont Othon de Habsbourg.

F.R.3 participe au tournage et réalise ensuite une version française:"Le Consul proscrit". En présence de tous ces témoins, la Communauté Juive locale prend alors conscience de la réalité des faits.

La projection du Film “Le Consul proscrit” achèvera de convaincre.Il sera diffusé pour la première fois au Festival de Pessac en Novembre 1993.

1994. A BORDEAUX les 27 et 29 Mai 1994
le Vendredi 27 au soir au CAPC une conférence débat a suivi la projection du film
de Diana Andringa et de Teresa Olga :"Le Consul proscrit"

Le débat avec la participation de Mario Soares, Diana Andringa...
Marek Halter
souligna l'importance de la mémoire, et comment cet hommage s'inscrivait dans le travail
qu'il avait lui-même entrepris" Si la première réaction du Peuple Juif fut de crier sa révolte et de crier au monde son indignation
...il serait désastreux de laisser croire aux jeunes générations que l'homme n'est capable que du pire...

Le dimanche 29, Inauguration du Buste d’Aristides de Sousa Mendes par Le Président Mario Soares :
Allées Charles De Gaulle, on remarquait surtout la présence de la Communauté portugaise.


Photos Sud-Ouest 31 Mai 1994(Claude Petit)
et en suivant... pose d'une plaque commémorative sur le mur de l'ancien consulat du Portugal, au 14 du Quai Louis XVIII.


Photos Sud-Ouest 31 Mai 1994(Claude Petit)

1994 La présence des représentants de la Communauté Juive locale et internationale était importante. La Communauté portugaise avait suivi. A cette occasion le Dr. Claudine Geissman a rappelé l'importance de la mémoire:

"La Mémoire a toujours joué un rôle important pour la Communauté Juive, elle a permis à ce Peuple...de constituer et de transmettre le patrimoine juif, de nous forger et de conserver notre identité.

"Dans le cas présent, faire oeuvre de mémoire c'est vouloir se rappeler qu'à un moment où notre histoire s'engageait sur le chemin du malheur, à un moment où le gouvernement de l'époque, par son attitude et ses carences, nous mettait gravement en danger, il s'est trouvé des hommes et des femmes, des JUSTES, qui au péril de leur vie, au détriment de leur propre famille, nous ont tendu la main, nous apportant ainsi aide et réconfort.
"Par leurs actes ils proclamaient que la fraternité humaine n'était pas un vain mot. J'ai été ainsi moi-même, petite fille, avec ma mère et ma grand'mère, au soir de la grande rafle, dans la ville où nous habitions, et à laquelle nous avions échappé je ne sais comment, accueillis et cachés par une famille inconnue de nous jusqu'alors.

" Nous souhaitons bien sûr rendre ici hommage à Aristides de Sousa Mendes ...et nous tenons à exprimer notre gratitude et notre reconnaissance à sa famille qui a souffert pendant de longues années des conséquences de son geste noble et courageux".

Ensuite le Président du Consistoire, le représentant de la Ville de Bordeaux et le Préfet de Région, ont pris la parole, puis le Président Mario Soares a tenu à souligner que c'était pour lui :

"...un grand honneur et un moment d'émotion d'être ici justement pour rendre hommage à Aristides de Sousa Mendes, ce grand portugais, ce portugais simple, homme modeste, mais qui a su, contre les ordres du Dictateur Salazar, accomplir les devoirs d'humanité vis à vis des milliers de réfugiés qui ont frappé à la porte de notre consulat, ici même, pour demander un visa pour la liberté ....Ils voulaient partir fuyant l'envahisseur nazi et ils voulaient traverser l'Espagne, qui était , comme le Portugal du côté du nazisme et du fascisme...Nous devons le remercier pour son geste. Il a été persécuté au Portugal il est mort dans le misère parce qu'il avait été démis de ses fonctions publiques. Il a fait simplement ce qui était son devoir d'humanité....


Photos Sud-Ouest 29 Mai 1994

En mai de la même année,dix mille arbres seront plantés dans le désert du Neghev. C’est la Forêt Aristides de Sousa Mendes.

En mars 1995 : Hommage de Lisbonne et du Portugal, en présence d’une importante délégation Judéo-Américaine. Après les diverses cérémonies religieuses du dimanche 20 Mars, à la Synagogue et à la Cathédrale, celle-ci a entrepris la visite des villages d’où les Juifs avaient été expulsés en 1492. Le lundi, Cabanas de Viriato fut un lieu de passage obligé, pour vénérer le tombeau où repose le Consul.

Ensuite il y eut la grande soirée au “Tivoli” au cours de laquelle le Président Mario Soares a remis à Jean Paul, le fils du Consul la Grand Croix de l’Ordre du Christ”.

Le Dr. Benayan représentait le Président Chaban Delmas. Il tint à exprimer la complète solidarité de la Ville de Bordeaux et de la Communauté juive. Durant la deuxième partie, un groupe du Théâtre de Cascais et Maria Barroso mirent en valeur le très beau texte que A. Sousa Mendes avait présenté pour sa défense, dramatisé et chanté. L’absence des membres du Gouvernement a été remarquée, si un Sous- Secrétaire d'État était présent c'était uniquement pour saluer la générosité de cet homme de coeur, sans pour autant cautionner sa désobéissance . Paroles qui ont provoqué une réaction assez vive du Président Mario Soares, mais qui montrent... s’il en était besoin, que le Portugal avait besoin d’un peu de temps pour oublier l’affront que la désobéissance d’Aristides de Sousa Mendes avait pu causer à Salazar.!.

ll y eut aussi une cérémonie au Métro Parque où un monument a été inauguré.

...en présence du Président Mario Soares, de Jorge Sampaio, alors Maire de Lisbonne, et des représentants de la Communauté Juive américaine et portugaise.

Là encore le Gouvernement s'était abstenu.

##############################################


Les manifestations d'Hommage à Aristides des Sousa Mendes qui s'étaient multipliés aux USA et au Canada avaient attiré l'attention de Rui Afonso, un jeune journaliste canadien, d'origine portugaise, qui décida de pousser ses recherches. Il avait recueilli ses premières informations auprès de Luis Felipe Mendes, l'un de ses fils, résidant à Montréal, il vient à Bordeaux, Pau et Bayonne en septembre 1988.

Il publiera tout d'abord "INJUSTIÇA", (1990) une étude sur le procès dont A. Sousa Mendes avait été l'objet. Un ouvrage qui fait autorité, et qui lui a ouvert bien des portes, pour lui permettre d'aller un peu plus loin dans sa recherche.

En Juin 1995, il publiera un ouvrage beaucoup plus complet, il prétendait nous présenter Aristides de Sousa Mendes dans son environnement familial et social :"O HOMEM BOM", un livre de 350 pages, à partir de tout ce qui lui fut dit et raconté...

Mais avons nous encore à faire à un historien..? Certains faits ou témoignages se contredisant... Après le premier ouvrage on était en droit d'espérer un ouvrage un peu plus objectif..!

Il est regrettable que l'auteur n'ait pas davantage cherché à distinguer la vérité historique de tout ce qui lui fut raconté, par ceux qui admiraient cet homme, comme par ceux qui le détestaient. Cet ouvrage est actuellement épuisé, si une 2me édition était envisagée, on est en droit d'espérer qu'il soit tenu compte des remarques qui lui furent faites, comme des documents qui n'étaient pas encore à sa portée au moment où ce livre a été écrit . (fr.Bernard Rivière)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En Octobre 1997, le procés Papon attire à Bordeaux de nombreux journalistes. Ce procès donne aux évènements de 1940 un regain d'actualité. José Alain Fralon publie dabord une grande page dans "Le Monde", qui a un très gros impact dans l'opinion publique.

Conquis par celui qui a su désobéir, il publie en octobre 1998: ”Le Juste de Bordeaux” Un bon livre qui fait autorité et qui a le mérite d'aller à l'essentiel. Un livre écrit dans les mois qui ont suivi le procès Papon, écrit par un journaliste chargé par "Le Monde" de rendre compte de ce procès. Il est certain qu'après plusieurs mois à écouter ce genre de dépositions, on a besoin de changer d'air !.. Une histoire de courage qui contraste singulièrement avec celle de ce Préfet, qui avait obéi fidèlement, mettant sa conscience "Hors la Loi" dans l'exercice de ses fonctions. Une histoire écrite avec beaucoup de bonheur et de chaleur humaine par José Alain Fralon. Un bon ouvrage de vulgarisation. Il a été traduit en portugais en anglais et en Allemand, et a été publié aux États Unis.120 pages par José Alain Fralon, Éditions Mollat -Bordeaux 1998 (Diffusion Seuil)

Un ouvrage de 120 pages, qui a été traduit
en portugais, en anglais et en allemand.

STRASBOURG - HOMMAGE de l'EUROPE


Photo Gerald Sousa Mendes

Le 17 Novembre 1998 , c'est l'Hommage du Parlement Européen de Strasbourg. La cérémonie commence par la lecture du Message du Président Jorge Sampaio qui n'a pas eu la possibilité de venir:


Photo Gerald Sousa Mendes

Une grande fête pour les enfants et petits enfants, venus de Californie, du Canada, de France et du Portugal..! ..Inoubliables retrouvailles et...découvertes !=

Au mois d'Octobre précédent, dans le cadre du jumelage Porto-Bordeaux, le Maire de Porto rappelle à la délégation bordelaise : " Bordeaux est aussi pour nous, l'attitude d'un portugais de Courage qui, conscient des valeurs de la Liberté et de la Démocratie lui a permis de sauver des milliers de vies, en particulier de juifs persécutés durant l'occupation nazie; je fais référence à ce Consul du Portugal à Bordeaux, Aristides de Sousa Mendes qui, contre les instructions du gouvernement portugais du moment, a délivré des passeports et de visas portugais à un nombre incalculable de familles persécutées les sauvant de l'holocauste"...

Le 16 Mai, visite du Président Jorge Sampaio à la maison du Consul à Cabanas de Viriato.
Le 3 Avril 2000, jour anniversaire de sa mort à Lisbonne et à New-York, aux Nations Unies inauguration de l'exposition "Visas pour la Vie"au cours de laquelle 18 personnalités du monde entier vont s'exprimer, dont l'épouse de Koffi Annan, Steven Spielberg, Elie Wiesel, Maria Barroso et autres représentants des Communautés juives du monde entier.


Et une fois de plus pour les enfants et petits enfants une nouvelle occasion de se retrouver.

Honoré dans le MONDE entier comme un HÉROS, le chapitre de la RÉHABILITATION est clos, RESTE POUR NOUS TOUS le DEVOIR DE MÉMOIRE

Ce devoir se poursuit aujourd'hui voir ===> : Garder MÉMOIRE