- Le Portugal aussi continue de faire mémoire !

Ce 26 janvier 2006 le Parlement portugais a fait mémoire de Aristides de Sousa Mendes : Jour de la Mémoire de l'Holocauste, institué par les Nations Unies. Le Ministre "dos Asuntos Parlamentares" profita de l'occasion pour faire Mémoire du diplomate portugais Aristides de Sousa Mendes (1885 - 1954), qui a sauvé la vie de dizaines de milliers de juifs, pendant la seconde Guerre Mondiale, alors qu'il était Consul du Portugal à Bordeaux. "Aristides de Sousa Mendes" eut toujours conscience qu'il devait obéissance à l'Humanité et non à un État dictatorialet complice" souligna Santos Silva dans l'éloge qu'il lui adressa. Par ailleurs le Parlement profita des commémorations de ce Jour de Mémoire pour accueillir une exposition rassemblée par l'Institut diplomatique du Ministère des Affaires Étrangères, inauguré par Jaime Gama, Président de l'Assemblée de la République. Il rappela que "pour prévoir le futur, il est nécessaire de connaître l'Histoire".Il souligna que si aujourd'hui le Portugal est un pays libre, sans discriminations religieuses, il n'en fut pas toujours ainsi. Nous ne pouvons oublier que, dans notre histoire, il y eut persécution et expulsions des juifs, ce n'est que beaucoup plus tard que la liberté religieuse fut reconnue. Avant que ne soit observée une minute de silence, il y eut la lecture d'une déclaration du Secrétaire général de Nations Unies, Kofi Annan qui informe de ce Jour de la Mémoire de l'Holocauste. "Il n'est pas possible d'oublier cette tragédie sans égale de l'Holocauste. Il doit rester dans notre mémoire avec honte et horreur, tant que l'humanité garde sa capacité à se souvenir", rappelle Kofi Annan.


La page d'héroïsme qu'il a écrite fait désormais partie des programmes scolaires. "Les héros ne sont pas seulement ceux qui se battent sur les champs de bataille ou qui vivent de poignantes aventures" écrivait le Ministre de l'Education, en présentant le document destiné aux Lycées et Collèges portugais.

"Un héros c'est aussi celui qui allant à contre courant, signe des visas de transit à des milliers de juifs en fuite, dans une France occupée par les allemands et cela contre les ordres d'un dictateur et cela en pleine conscience du prix qu'il aurait à payer sa désobéissance.

"Aristides de Sousa Mendes est une figure remarquable de modernité: au confort de sa vie personnelle et familiale, il oppose et se situe pour la défense des valeurs de solidarité, pour le respect de la différence et somme toutes pour les valeurs que lui impose sa conscience de citoyen. Aussi rendre hommage à Aristides de Sousa Mendes c'est chercher à suivre son exemple...La grandeur de la dignité humaine a besoin ainsi d'être mise en valeur contre l'indifférence et l'égoïsme".

Un DEVOIR DE MEMOIRE qui s'impose à tous.
Il nous a paru utile de rendre compte ici, de quelques initiatives qui ont déjà eu lieu en Aquitaine, afin d'en stimuler tous les jours de nouvelles...