Du 12 octobre au 30 décembre 2001
au Centre de Documentation Juive Contemporaine
37, rue de Turenne 75003 PARIS

Une EXPOSITION

Cette exposition rend hommage aux 15 diplomates qui ont sauvé des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle contient de nombreux documents venant de Yad Vashem, du Centre Simon Wiesenthal et de prêts des familles de ces diplomates.

La soirée d'inauguration a eu lieu le jeudi 11 Octobre à la Mairie du IVème arrondissement, elle était présidée par Mr. Eric de ROTHSCHILD, président du Mémorial du martyr Juif Inconnu & du CDJC, ainsi que de la participation de Mme Simone Veil, et de quelques membres de la famille de ces diplomates, dont Mr.Jean Paul Abranches, fils du Dr. Aristides de Sousa Mendes.

400 personnes sont venues participer à la soirée d'inauguration qui rendait hommage à ces diplomates qui avaient sauvé des milliers de réfugiés pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Durant cette soirée, certains membres des familles des diplomates, tels que João Paulo Abranches (EUA), ici présent, sa sœur Marie Rose (France) également présente ainsi qu'Antonio de Moncade Sousa Mendes du Portugal.

lls, sont venus des quatre coins du monde, afin de rendre hommage à ces Hommes qui ont sauvé des milliers de personnes dont des réfugiés juifs chassés et menacés par les nazis, risquant les camps de concentration, les chambres à gaz, la souffrance physique et morale, cela signifiait " à deux doigts " de l'extermination. En sauvant ces êtres humains, ces diplomates ont souvent èté obligés d'agir en contradiction avec les consignes reçues de leurs gouvernements. Ainsi Aristides Sousa Mendes: "je ne peux pas laisser ces personnes aller à la mort, plusieurs d'entre elles sont juives et notre constitution déclare que la religion ou la politique d'un étranger ne doit pas être une raison pour leur refuser l'asile au Portugal ".

La plupart d'entre eux ont agit à leurs détriments, beaucoup ont été révoqués de leur carrière diplomatique et nombreux sont morts dans la pauvreté et surtout dans l'anonymat. Par conséquent, il faut dire que tous les hommages posthumes que l'on peut faire ne suffiront jamais. Cependant, dans cette salle des fêtes de la Mairie régnait une ambiance d'émotion et d'admiration du public qui s'exprimait à travers des silences et les applaudissements chaleureux.

On pouvait remarquer dans les discours, un sentiment collectif d'orgueil, d'honneur mais aussi de regrets car ces hommes n'étaient pas présents pour recevoir nos remerciements, et ces témoignages de notre admiration et de notre reconnaissance. Simone Veil a clôturé la cérémonie en prononçant un discours émouvant, évoquant les réalités des camps de concentration, des réfugiés dont elle avait été témoin, puis a remercié ces hommes courageux de leur geste héroïque.~ Dina Borges.