Le Jeudi 9 Mai 2001, le Président Jorge Sampaio est venu à son tour rendre hommage

Le mercredi 9 Mai, il était l'invité de Mr. Alain Juppé à l'Hotel de Ville de Bordeaux, avec quelques représentants de la Communauté portugaise. A la fin de ce repas, Mr le Député Maire de Bordeaux a salué le Président Jorge Sampaio a souligné l'amitié qui unissait nos deux pays, il a commencé par faire mémoire d'Aristides de Sousa Mendes:

"C'est avec émotion, que je voudrais tout d'abord saluer la mémoire du "Juste de Bordeaux", votre compatriote Aristides de Sousa Mendes, qui occupait le poste de Consul Général du Portugal à Bordeaux en Juin 1940 et qui, faisant preuve d'un immense courage, n'hésita pas à braver les ordres de son gouvernement pour sauver de la mort des milliers de réfugiés, notamment de nombreux juifs. Au devenir de sa carrière diplomatique, il a préféré la dignité de l'Homme et la solidarité envers ceux qui souffraient.

Alors qu'aujourd'hui modernité rime trop souvent avec indifférence et égoïsme, la conduite héroïque d'Aristides de Sousa Mendes doit plus que jamais être salué et mise en valeur, en particulier auprés des jeunes."

Le lendemain, à midi, au Buste de Aristides de Sousa Mendes, Esplanade Charles de Gaulle, le Président Jorge Sampaio en présence du Prefet de Région, des représentants des instances régionales, départementales et municipales, des représentants de la Communauté Juive et de la Communauté portugaise, a lui-même rendu Hommage au "Juste de Bordeaux":

Marie Rose Faure Sousa Mendes, fille du Consul et Présidente du Comité National A.S.M. a remercié le Président J.Sampaio, tous les présents et tout particulièrement ceux qui avaient travaillé pour que justice soit faite et que la mémoire de son père soit gardée. Ensuite le Préfet de Région et le Président Sampaio ont succéssivement rendu hommage:

"La République française s'associe à votre geste Monsieur le Président et elle tient aussi à exprimer sa profonde reconnaissance à Celui qui, dans notre mémoire est devenu : "Le Juste de Bordeaux".
Oui cet homme était un Juste. Entre la brillante carrière qui s'ouvrait à lui, s'il était docile aux ordres et les actions que lui inspirait sa concience et son courage. Il reste un magnifique exemple pour tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre ont reçu une parcelle d'autorité pour régler le destin de leurs contamporains.

Entre 1940 et 1944, la France a connu l'une des periodes les plus noires de son histoire, Bordeaux en porte des souvenirs particulièrement douloureux. Cette nuit des valeurs et des consciences a cependant été illuminée par les actions d'éclat de quelques uns. Aristides de Sousa Mendes était de ceux-là. En Juin 1940, sous la pression des troupes nazies, beaucoup de ceux qui se savaient en danger essayaient de quitter la France par le sud, par le port de Marseille ou en gagnant l'Espagne.

Mr. de SOUSA MENDES, en en refusant d'appliquer la funeste "circulaire 14", qui interdisait l'octroi de visas à des juifs expulsés des pays de leur nationalité ainsi qu'aux apatrides, et en signant jour et nuit des visas d'entrée au Portugal à des réfugiés venus de toute l'Europe a sauvé prés de 30.000 personnes de la barbarie et de la mort.

Il faut citer le témoignage d'un réfugié célèbre, le Prince Otto de Habsbourg, à qui M.SOUSA MENDES délivra un visa: "C'était un gentilhomme, un homme de courage et d'une intégrité admirable qui servit ses principes au détriment de ses intérêts personnels. En une periode où beaucoup d'hommes étaient des lâches, il a été un véritable héros de l'Occident". Comme beaucoup de héros, Aristides de SOUSA MENDES a été victime de l'oubli. Ici même, ce n'est que le 29 mai 1994 que le Président Mario SOARES inaugurait ce buste devant lequel nous sommes venus nous recueillir avec vous, M. le Président de la République. Je vous exprime avec mon profond respect, les remerciements du gouvernement français pour le geste que vous accomplissez ce matin. Ce geste de mémoire en l'honneur d'un homme qui, alors que notre civilisation était au fond de l'abîme, a permis, malgrè tout, de ne pas désespérer de l'humanité.

Puis le Président Sampaio a pris la parole:

"En rendant hommage à la mémoire d'Aristides de Sousa Mendes, nous voulons que son action perdure et que son exemple soit une référence vivante pour les générations présentes et à venir. Par ma visite ici, c'est le Portugal qui honore sa mémoire, en lui rendant cet hommage auquel nous aimerions aussi attribuer une valeur symbolique".

"Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir, incapable d'apprendre, de comparer et de choisir en toute liberté les modèles, les valeurs et les principes de vie".

"Aristides de Sousa Mendes a été un homme de bien qui, à une époque de barbarie et de servitude "aveugle, a eu la lucidité et le courage de garder intacte sa liberté de conscience, en se guidant "uniquement sur l'impératif moral que sa raison lui dictait, à l'encontre des ordres reçus jugés iniques.""Son action a été le résultat d'une décision solitaire au profit de l'humanité, dictée par l'urgence de la situation, qui a permis de sauver des dizaines de milliers de vies."

"Son geste lui a côuté cher, mais l'histoire lui a donné raison".

" Cet hommage que nous lui rendons aujourd'hui, dans cet endroit qui a été témoin de sa liberté "d'esprit et de sa grande générosité de coeur, revêt un sens de réparation et constitue un geste "symbolique de jusice et de reconnaissance du Portugal libre et démocratique".

En arrivant le Président Sampaio avait salué Marie Rose Faure Sousa Mendes, la fille du Consul.